Comment savoir si on est intolérant aux FODMAP ?

 

Comptant parmi les nouvelles intolérances alimentaires, l’intolérance aux FODMAP pourrait en réalité jouer un rôle dans le syndrome de l’intestin irritable, ou « colopathie fonctionnelle ». Lactolérance vous aide à mieux comprendre les manifestations liées à la mauvaise absorption des FODMAP par l’organisme, afin de détecter si vous êtes ou non intolérant(e) à ces glucides fermentés.

 

Les FODMAP, qu’est-ce que c’est ? 

On appelle FODMAP ou « aliments fermentescibles » différents sucres fermentant rapidement dans les intestins. On en distingue 4 grandes catégories, qui se composent d’aliments à consommer avec modération voire à bannir de son alimentation en cas d’intolérance aux FODMAP.

  • Les oligosaccharides sont notamment présents dans des céréales (blé, orge, seigle), dans des légumes (artichaut, fenouil, poireau) et dans des légumineuses (lentilles, pois chiches).
  • Dans la famille des monosaccharides, on retrouve par exemple la cerise, la pomme, la poire, le miel, le sucre blanc raffiné et le sirop de glucose-fructose.
  • Les disaccharides sont particulièrement présents dans le lait et les fromages frais non affinés, des aliments plus ou moins riches en lactose.
  • Les polyols s’invitent quant à eux dans l’abricot, la pêche, le chou-fleur, les chewing-gums et certaines sucreries industrielles.

Certains aliments contiennent plusieurs types de FODMAP, à l’image de la pomme et de la poire. Cela rend parfois difficile l’identification des glucides responsables des effets indésirables expérimentés par les personnes intolérantes aux FODMAP.

 

Intolérance aux FODMAP : quels sont les symptômes ?

De la même façon que pour une intolérance au lactose ou au gluten, les personnes intolérantes aux FODMAP font l’expérience de symptômes plus ou moins sévères et inconfortables après avoir consommé des aliments contenant des FODMAP.

Les intolérants aux FODMAP ressentent ainsi un certain inconfort digestif dans le cadre de leur intolérance. Douleur abdominale, ballonnement, constipation, diarrhée : l’intolérance aux FODMAP se manifeste de plusieurs façons. On estime d’ailleurs que les FODMAP provoquent régulièrement des réactions qui sont attribuées à tort au gluten.

Afin de déterminer si vous êtes ou non intolérant(e) aux FODMAP, nous vous encourageons alors à effectuer un test respiratoire au glucose ou au lactulose auprès d’un gastro-entérologue. Si l’hydrogène expiré augmente rapidement, cela signifie que le test est positif et que vous présentez bel et bien une intolérance à ces sucres fermentescibles.

 

Que faire en cas d’intolérance aux FODMAP ?

En tant qu’intolérant(e) au lactose, vous devez suivre un régime alimentaire pauvre en FODMAP si vous souhaitez profiter d’une digestion optimale au quotidien. Il est généralement conseillé de commencer par privilégier une alimentation sans fructanes, qui appartiennent aux oligosaccharides et qui sont des glucides étroitement liés au gluten. Pendant un mois environ, limitez donc considérablement votre consommation de céréales avec gluten, de patates douces, de haricots, d’ail, d’oignon, etc.

Si vos troubles digestifs disparaissent, alors les fructanes doivent vraisemblablement être considérés comme les responsables de votre intolérance aux FODMAP. S’ils persistent, évitez toujours au maximum de consommer des fructanes et procédez à l’élimination d’un autre groupe de FODMAP pour trouver les éléments déclencheurs des symptômes de votre intolérance.

Avant tout changement dans votre régime alimentaire, il est vivement recommandé de consulter un professionnel de santé pour changer vos habitudes de consommation dans les meilleures conditions.

Lactolérance - by ,
4.5/ 5

Your cart

Your cart is empty.